blog

Vestiges d’un CSS Guru

Catégorie : Logiciels

Billet

CMS.txt : un CMS ultra-léger qui pèse 6kb

Vous êtes designer et vous voulez monter un site, mais vous êtes une quiche en programmation, alors vous vous tournez vers un CMS (Content Management System pour les novices) pour gérer votre contenu. Vous hésitez entre Drupal, WordPress, Joomla (mauvais), Expression Engine, Movable Type, Spip

Mais vous trouvez ça trop lourd. Vous voulez pas d’usine à gaz. Vous voulez un truc super basique. Il y a Pluxml qui est sympa, un CMS tout léger motorisé à l’XML. Mais CMS.txt c’est radical : 6kb pour un CMS.

cms.txt

Pour gérer le site, ça donne ça :

/* -------- Website -------- */

name: My Website Title
theme: awesome-blue
missing: 404.html
foo: bar

Si quelqu’un le teste, j’apprécierais un feedback dessus!

Billet

Le XHTML 2 c’est fini. Le HTML 5 s’en trouve renforcé.

w3c_main

Vous êtes sans doute au courant que le groupe travaillant sur le XHTML 2 va s’arrêter à la fin de l’année, pour notamment rejoindre le groupe du HTML 5. C’est moins laisser tomber quelque chose que se concentrer sur un seul standard.

Différence XHTML / HTML

La différence principale entre le XHTML et le HTML est la rigueur du code. Un document XHTML nécessite de n’inclure aucune erreur de syntaxe pour être bien rendu, alors qu’un document HTML peut se permettre de contenir certaines erreurs. Ca vient du moteur de rendu du navigateur qui gère les deux documents différemment. Ca ne veut pas dire qu’il faut être négligeant dans l’écriture du code pour autant. Mais c’est plus propre d’avoir à se tenir à une syntaxe rigoureuse.

Le HTML a l’avantage d’être davantage rétro-compatible. Les navigateurs plus anciens arrivent à mieux lire un document HTML récent qu’un document XHTML récent. Ca vient sans doute du côté “léger” de sa rigueur.

Concrètement, ça change quoi cette fin du XHTML 2 ?

A vrai dire, pas grand chose car c’est dans la logique des choses. Depuis quelques mois, le HTML 5 n’arrête pas de faire parler de lui. Les navigateurs commencent à bien l’implémenter (Safari 4, Opera et le tout récent Firefox 3.5). Et il a un gros potentiel. Pour en savoir plus, vous pouvez lire ma petite introduction au HTML 5.

Etant un adepte du XHTML 1.0 (pour des raisons de rigueur de code et pour éviter le Quirks Mode), je n’aurais pas à choisir entre le HTML 5 et le XHTML 2. Il n’y en aura plus qu’un. Et puis le HTML 5 aura aussi sa “version XML“. Donc je pourrais toujours imposer au document d’être totalement propre.

Je pense que cette fin du XHTML 2 est une bonne chose (même si ce n’est pas la fin du XHTML). Pas de casse-tête avec plusieurs standards à suivre, et un renforcement du HTML 5, ce qui va amener les navigateurs à être encore plus plongé dans le HTML 5 et va faciliter cette tâche.

Billet

Une CSS universelle pour IE6

Que faire face à IE6 ?

  • s’embêter avec des hacks CSS ?
  • faire 2 versions du site ?
  • laisser les bugs partout ?
  • utiliser une CSS alternative ?
  • utiliser du JavaScript pour améliorer la compatibilité ?

IE6, c’est vieux, c’est lourd, c’est moche, c’est chiant. Ca prend du temps, pour pas grand chose, et pour de moins en moins de monde (20% grande moyenne à l’échelle mondiale).

Et puis le web, c’est pour le contenu avant tout. Au lieu d’avoir un site buggé de partout sur IE6, pourquoi ne pas offrir une CSS propre et claire ? C’est l’idée derrière Universal Internet Explorer 6 CSS.

css-universelle-ie6

Billet

Acrobat.com : le Google Docs d’Adobe

acrobat.com

Acrobat.com sort de sa beta et devient public. Il consiste en plusieurs services :

  • Adobe Buzzword : un excellent éditeur de document en Flex. L’édition, le formatage, l’ajout de commentaires sont très bien réalisés.
  • Création de PDF : à partir d’un fichier .rtf par exemple
  • Partage de fichiers : une interface pour uploader des fichiers et envoyer une notification par mail à ses contacts
  • Adobe ConnectNow : visio-conférence, partage d’écrans, chat…
  • My Files : pour accéder à ses fichiers de n’importe où

A part Buzzword, j’avais jamais entendu parler de ce service. J’ai pas l’impression qu’il y aie eu de grosse annonce. En tout cas, Adobe marche sur les plate-bandes de Google Docs : des outils de collaboration en ligne, gestion/création de documents, partage de fichiers…

C’est en fait la concurrence Flash vs HTML/Ajax (et bientôt HTML 5).

Personnellement, je ne compte pas m’inscrire pour utiliser ce nouveau service. Il n’a pas l’air très rôdé. Et puis Google Docs me convient très bien pour ce dont j’ai besoin. Et y a le côté Google, toujours innovant, très fiable et intégrant parfaitement ses différents services (Mail,Reader,Calendar…) qui me rend fidèle.

Billet

Demain, Opera réinvente le web

opera-freedom

Opera, peut-être le meilleur navigateur qui soit, réinvente le web demain.

Petit rappel des innovations Opera

L’annonce peut sembler prétentieuse mais je pense que c’est à prendre avec une touche d’humour. Et puis, Opera est un pionnier en termes d’innovations. Opera était le premier pour :

  • Speed Dial (2007) : une mosaïque des sites les plus visités, repris par Chrome et Safari
  • Navigation par onglets (1994) : repris et amélioré par NetCaptor en 1997, puis repris par tout le monde
  • Sessions (1996) : la possibilité de récupérer une session qui s’est crashée
  • Bloqueur de pop-ups (2000) : comment l’envisager sans aujourd’hui ?
  • Zoom entier (1996) : d’habitude un zoom n’agrandit que la taille de la police, et à moins d’avoir un design élastique (et non pas fixe ou fluide) comme ici sur bbxdesign, la structure de la page ne s’agrandit pas à moins d’avoir un zoom entier.
  • BitTorrent (2006) : un client BitTorrent intégré au navigateur
  • Suppression des données personnelles (2000) : en deux clics, on peut supprimer les cookies, le cache, l’historique, les mots de passe…
  • Mouse gestures (2001) : navigation par gestuelle de la souris

C’est quoi cette nouveauté alors ?

Je n’ai personnellement aucune idée de ce que peut être cette “réinvention du web”. Hicksdesign pense que ça sera tout internet sur une clé usb. 🙂

The peer-to-peer Web

Le blog assertTrue() a une autre idée, très intéressante : Opera intègerera un serveur web. En lançant Opera, on pourra partager ses favoris, des fichiers, des contacts, des pages web… Chaque navigateur sera alors un serveur web. Ca sera du P2P mais en utilisant du HTTP.

Mmmh, ça reste une spéculation mais ça ne m’étonnerait pas et j’aimerais beaucoup voir ça!

Si je pouvais utiliser toutes mes extensions Firefox avec Opera, je serais déjà utilisateur d’Opera à plein-temps. C’est pour moi le meilleur navigateur qui soit, suivi par Chrome et Firefox. Je suis très déçu par le score que fait Opera : 3,69%.

Ok, je suis web designer, j’ai besoin d’utiliser Firefox, c’est mon outil de travail principal. Mais tous ceux qui ne font pas de web, pourquoi n’utilisent-ils pas Opera ? La cause principale c’est justement parce que les gens ne font pas de web qu’ils ne connaissent pas Opera. C’est le même problème que pour Chrome. Les gens utilisent encore IE (surtout 7 maintenant).

Il me faudrait Firebug sous Opera et je pense que je switcherais définitivement. Dragonfly a l’air pas mal. Je vais tester ça. Et demain, grosse annonce d’Opera alors!

Billet

Mozilla Jetpack : des plugins Firefox en HTML/CSS/Javascript

mozilla-jetpack

Encore des plugins Firefox ? Oui, mais là, c’est différent :

In short, Jetpack is an API for allowing you to write Firefox add-ons using the web technologies you already know.

En gros, pour faire des plugins Jetpack, il suffit de s’y connaître en HTML/CSS mais surtout en Javascript. Tiens, “plugins”… “Javascript”… Ca rappelle exactement le plugin (XPI lui) Greasemonkey. Et dans un sens, ça rappelle aussi les bookmarklets.
Lire la suite →

Billet

Le premier navigateur Web

Le premier navigateur Web dénommé “WorldWideWeb” créé par Tim-Berners Lee tournait sous un ordinateur NeXT, et faisait office d’éditeur aussi. A la base un outil pour aider les scientifiques à s’échanger des informations, le Web a pris une dimension bien plus grande.

If households nowadays want a computer, it is not to compute, but to go on the Web.

Le premier navigateur web