blog

Vestiges d’un CSS Guru

Billet

Retour à Firefox

Chrome m’avait énormément séduit. Rapidité ? Incroyable. Système d’onglets ? Révolutionnaire. Interface ? Impeccable.

Mais je ne me suis jamais mis aux extensions, ni aux thèmes, parce qu’ils étaient soit inefficaces, soit inefficients (perte de performance notable), soit moches. Je voulais juste surfer, rapidement.

Puis, dernièrement, le Panda Rouge open source a su me séduire à nouveau…

La vitesse : le nerf de la guerre

Pourquoi utiliser Chrome 95% du temps ? La vitesse, rien que la vitesse.

C’est tellement agréable de cliquer sur une icône et de voir le programme se lancer instantanément. Pas besoin d’attendre 20 secondes pour que le navigateur soit utilisable, surtout lorsqu’on souhaite juste rechercher rapidement une adresse ou une horaire de ciné. Le navigateur est le programme le plus utilisé dorénavant. Du coup, la vitesse à l’ouverture et à l’utilisation est primordiale.

Firefox restait néanmoins mon navigateur pour coder, et pour coder uniquement. Et mes sessions coding étant extrêmement rares, Firefox (ou du moins, son raccourci) prenait la poussière…

Les plugins : Firefox grand vainqueur

Mon seul regret était les Plugins Firefox.

  • AdBlock (l’indispensable)
  • Pixlr Gabber (screenshot partiel ou complet d’une page)
  • Firebug (pour décortiquer le DOM)
  • ColorZilla (une pipette couleur très avancée)
  • Web Developer (le couteau suisse de l’intégrateur).

Pourquoi ne pas utiliser les mêmes (ou équivalents) sous Chrome ? Pour leur performance.
Par exemple, l’extension AdBlock Plus est totalement inefficace (en France en tout cas). La différence entre une page avec ou sans AdBlock est extrêmement maigre, voire inexistante. Les énormes backgrounds de page, les flash interstitiels, les scripts vidéo de pré-lecture… Tout ça ne se voit pas bloqué, alors à quoi bon l’utiliser ?

Et l’inspecteur WebKit à la place Firebug ? Argh.
Oui, l’inspecteur est pratique, mais pas assez pour me faire oublier Firebug. Exemples ? Mauvaise gestion des onglets, obligation de confirmer un changement avant de le voir, pas de règles graduées, édition HTML laborieuse, pas d’aperçu des background-image…

Du coup, Chrome pour coder, c’était pas possible. Et pour surfer, c’était rapide mais il fallait se coltiner les pubs très nombreuses.

L’Omnibar Chrome : une bonne idée mal implémentée

Chrome a démocratisé l’idée d’une barre d’adresse qui faisait aussi office de barre de recherche. Quoi de plus normal venant de Google ? Le souci, c’ést que Chrome se focalise beaucoup trop sur la recherche et pas assez sur les deux autres sources disponibles : l’Historique et les Bookmarks. Du coup, je dois souvent taper entièrement le site que je voulais visiter, ou bien le sélectionner dans le dropdown.

Dans Firefox, la barre d’adresses recherche dans :

  • l’historique
  • les bookmarks
  • les tags (des bookmarks)

Elle peut aussi servir de barre de recherche grâce aux keywords. Exemple, la mienne utilise “g” pour une recherche Google, “w” pour WikiPedia, “d” pour le dictionnaire, “i” pour IMDB, “y” pour YouTube… 1

Mais surtout : Firefox cherche intelligement, par association.

Exemple : je veux bosser sur mon blog en local. Je tape “local bbx” et il me trouve en 1er résultat “http://localhost/bbxdesign/”.
Ou alors je veux retrouver un projet jquery hébergé sur GitHub. Je tape “git jqu” et Firefox me trouve dans mon historique “https://github.com/johnyma22/etherpad-lite-jquery-plugin”.
Ou encore en tapant “tw res” et il me retrouve les ressources officielles Twitter (qui est une page que je visite de temps en temps, mais pas assez pour devenir un bookmark).

Chrome est incapable de gérer cette Omnibar correctement. Il faut avoir de la chance pour que le 1er résultat soit réellement celui que vous voulez. Et quand bien même je définis très précisément mon souhait (en tapant “localhost bbxdesign”), il me trouvera pas la bonne url. Quelque part, c’est pas dans l’intérêt de Google de favoriser l’historique et les bookmarks quand la recherche est disponible…

Firefox Sync : l’Historique qui fait la différence

Alors Firefox Sync et moi avons une longue histoire. Le souci de backuper et synchroniser mes bookmarks n’est pas récent. J’ai très longtemps utilisé FoxMarks (devenu XMarks) avant de tester Firefox Sync puis de le laisser tomber à cause de soucis récurrents (de synchronisation surtout).

Mais la dernière version, tout simplement intitulée “Sync”, semble avoir corrigé ses erreurs de jeunesse. Et même si Chrome offre un service similaire (en utilisant votre compte Google), et propose d’autres éléments à synchroniser (Apps, Autofill, Thèmes…), il manque le plus pratique selon moi : l’Historique.

Ce que Chrome appelle “Omnibox History” est l’historique de ce que vous avez tapé dans la barre d’adresse, pas l’historique des sites visités. D’ailleurs, Chrome fournissait aussi un accès aux bookmarks via Google Docs. Mais ça a disparu.

Autre avantage (indirect) : retourner à Firefox m’a amené à repartir de zéro quant à mon nombre de bookmarks. En fait, j’avais du mal à me retrouver dans mes 863 bookmarks sauvegardés dans Chrome. Du coup, j’ai restreint mes bookmarks aux 19 essentiels (bookmarklets compris) que j’utilise tous les jours, et je fais confiance à mes recherches et à mon historique pour retrouver rapidement des sites que je visite occasionnellement mais qui ne méritent pas d’être bookmarkés.

Du coup, Firefox Sync permet d’avoir une expérience de navigation quasiment identique, quel que soit le support que vous utilisez (desktop, laptop, pc, mac). C’est très appréciable de visiter un site de news et de voir quels sites ont déjà été visités, d’un simple coup d’oeil (pour peu que la pseudo-classe :visited ait bien été définie, ce que je ne fais jamais d’ailleurs…).

Firefox : assez rapide pour séduire

Au final, si je retourne à Firefox, ce n’est pas pour les avantages qu’il avait déjà (plugins, open source, firebug, sync…), ni forcément pour les features qu’il a pris de Chrome (onglets en haut, mise à jour automatique, App tab) mais pour la correction de son principal défaut : la vitesse.

Bien que Chrome reste bien plus rapide, la différence est moins notable. Donc Firefox est relativement plus lent, mais s’avère rapide dans l’absolu. Et ses atouts liés à son statut open source (liberté, plugins, communauté) le rendent à nouveau incroyablement séduisant.

  1. Et ces mots-clés étant sauvegardés en tant que bookmarks, il sont synchronisables !