blog

Vestiges d’un CSS Guru

Billet

Dropbox : le chaînon manquant

Depuis 2009, j’utilise intensément ma Dropbox. J’ai rapidement souscrit à un abonnement 50 Go avec “unlimited undo history”. Est-ce que ça vaut le coût ? Oh oui. C’est le prix d’une conscience tranquille et d’une simplicité d’utilisation imbattable. Et même si Steve Jobs disait de Dropbox “It’s a feature, not a company“, il a quand même essayé de le racheter pour $800 millions

Dropbox, c’est le “Versioning pour les noobs”. Voire, pour les méga-noobs. Son succès vient du côté “seamless integration” : pour l’utilisateur, une Dropbox c’est qu’un simple dossier comme les autres sur le PC local. Mais avec 2 pouvoirs incroyables…

Synchronisation

Si Dropbox peut être installé sur toutes les plate-formes (Windows, Mac, Linux, iOS, Android), c’est notamment pour tirer profit de la synchronisation. Une création (ou modification) de fichier sur une plate-forme est envoyée sur les serveurs Dropbox puis redistribuée sur toutes les autres plate-formes. C’est l’assurance de toujours travailler sur la version la plus récente d’un fichier, que ce soit un .doc, un .ppt ou même un .psd.

Il m’arrive d’utiliser ma Dropbox pour transférer un fichier de mon iMac à mon laptop qui se trouve à 1m50… C’est beaucoup plus rapide qu’une clé USB ou un envoi par mail. Pour cause : en local, la synchronisation se fait par LAN. Le transfert est quasi-instantané.

Backup

Considérons d’abord les 3 possibilités de gestion de fichier qui existent :

  • 100% online : le “Cloud”
    L’exemple parfait : Google Docs. Vos fichiers sont stockés quelque part. Même si il est probablement backupé plusieurs fois sur les serveurs de Google, ça reste une backup unique pour vous.
  • 100% offline : le PC maison
    Le disque dur de votre PC/Mac, vos disques durs externes, vos CD/DVD gravés… La backup old school qui ne tient qu’à vous.
  • Dropbox : 50/50
    Votre Dropbox existe à plusieurs endroits : 1 fois chez Dropbox et 1 fois par ordinateur où elle est installée. Exemple : j’ai Dropbox sur 1 PC, 1 Mac, 1 Laptop (et 1 iPad mais ça compte pas car aucun fichier n’est présent dessus, c’est un simple accès).

Certains considèrent Dropbox comme une étape intermédiaire entre le 100% offline et le 100% online, comme si nos fichiers allaient, à terme, être uniquement disponibles dans le “Cloud”. C’est la tendance actuelle : Apple avec iCloud, Google avec son Chromebook, Spotify avec son abonnement Premium. On ne détient plus les fichiers. On a uniquement un simple accès.

Quid des backups alors ? Peut-on faire confiance à tout ces acteurs du web ?
Je dirais non. Regardez : même Steam, Sony, Zappos, Microsoft ou encore Evernote peuvent avoir d’importants problèmes de sécurité.
Vous me direz qu’Apple, Google ou Amazon, sont bien meilleurs dans ce domaine. Vous savez, tout est possible, et ça ne coûte rien d’avoir une backup “locale” en supplément de la backup “en ligne“.

Dropbox : the best of both worlds

L’avantage de Dropbox, c’est justement d’associer ces 2 types de backup :

  • En ligne : la dernière version sur les serveurs Dropbox
    Si vous perdez tous vos PC, vous pourrez toujours accéder à cette version en ligne.
  • En local : sur chacun de vos PC/Mac/Laptop
    C’est une backup de facto : vos fichiers Dropbox sont déjà présents sur chacune des plate-formes utilisées. Du coup, si jamais Dropbox venait à perdre toutes vos données (0,000000000001% de chance), il suffirait de bloquer votre connection internet pour empêcher la synchronisation et de récupérer votre Dropbox “locale”. Mais ne vous inquiétez pas : ce scénario n’arrivera jamais.

Rien ne vous empêche de copier de temps en temps le contenu de votre Dropbox sur un disque dur externe…

En tout cas, Dropbox est parti pour rester. Malgré ses innombrables concurrents, il possède un avantage net dans sa simplicité et son interface (web notamment).

PS : si vous avez pas de compte Dropbox, allez vous inscrire gratuitement. Vous gagnerez 250 Mb et m’en ferez gagner 500, c’est dire si ça vaut le coup de cliquer sur ce lien.