blog

Vestiges d’un CSS Guru

Billet

L’instabilité du direct

La semaine dernière, je regardais, comme 600 millions d’autres personnes, dont 2 millions sur Canal +, le Clasico. Vous l’avez peut-être remarqué, mais le son était regulièrement, en 1ère mi-temps, en retard sur l’image. Apparemment, Canal a voulu rectifier le tir, parce que le son était ensuite en avance en 2nde mi-temps.
On parle ici de décalages de l’ordre de 500ms. C’est trop peu pour que ce soit fatal, mais assez pour anéantir notre concentration.

La désynchronisation du son et de l’image nous assure d’un chose, c’est que l’un des d’eux n’est forcément pas en direct (voire les deux). Ce que l’on voit à l’écran est alors un évènement différé, un peu dans le passé, un peu en retard.
Même si il est impossible techniquement de suivre un évènement télévisé (i.e. à distance) exactement simultanément, la synchronisation du son et de l’image en permettent l’illusion.

Perdre cette synchronisation, c’est perdre la notion de l’instant présent, qui est unique. Notre attention s’en trouve très amoindrie, et on se rend compte petit à petit que l’on ne vit pas un match de foot mais que l’on observe uniquement sa retransmission.
L’écran, qui n’était qu’une fenêtre dont on oubliait l’existence, redevient tout à coup visible.

Cette dégradation de la concentration est dûe à une altération dans le temps. Mais elle peut aussi s’effectuer dans l’espace.

Si vous avez un système audio surround (5.1 au moins), vous saurez que les voix sortent de l’enceinte de face, située au-dessus du téléviseur. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que toutes les voix sortent de cette enceinte, et ce, quelle que soit leur position spatiale. Ainsi, une voix censée être située derrière la caméra sera tout de même retransmise depuis l’enceinte de face.

Pourquoi cette particularité pour les voix ? Je pense que l’objet ici est de ne pas dévier l’attention du spectateur de l’écran. Les voix, le son prédominant au cinéma, se doit de venir de l’écran. Les bruitages, secondaires et beaucoup moins intelligibles, peuvent être déplacés dans l’espace sonore créé par les enceintes surround sans que cela affecte l’attention du spectateur. Ils le situent dans l’espace plus qu’ils ne le déplacent.
Faire parvenir une voix depuis l’arrière du spectateur le rendrait conscient de la présence d’une enceinte derrière lui, et l’illusion serait anéantie.