blog

Vestiges d’un CSS Guru

Billet

Mein Führer, I can walk !

Dr Strangelove

L’autre soir, envie de regarder un film. Je regarde dans les dvd que j’ai. Tiens, “Dr Strangelove“. Ca faisait longtemps. Le revoir a conforté son statut de chef d’oeuvre. Pour ceux qui ne connaîtraient pas, voici l’histoire en bref : un général américain parano et patriote, à la tête d’une base américaine, lance une attaque nucléaire contre la Russie, sans aucune concertation. Le président des Etats-Unis, alerté, rassemble l’état-major militaire pour résoudre en urgence ce problème. Entre-temps, les bombardiers américains filent droit sur le territoire russe. Commence alors le compte à rebours…

Dr Strangelove est un film sur la guerre, mais plus particulièrement une comédie sur la guerre. On assiste à un véritable de théâtre de l’absurde, totalement ancré dans son temps. Malgré cet humour noir très présent, le discours du film reste très sérieux. Ceci vient surtout de la précision historique que Kubrick a apporté au scénario, entre le processus d’attaque ou la réunion des dirigeants. Peter Sellers, qui joue ici 3 rôles (bien) différents, est flamboyant.

Il faut voir l’histoire comme un problème évident de communication (l’annonce ou non de l’existence du “doomsday device”) où la stratégie illogique de suicide indirect est le principal moteur. La population n’est pas vu comme des humains mais comme des chiffres, qui ne représentent que des paramètres dans les décisions de guerre, et permettent ainsi à une minorité d’assouvir ses désirs personnels. L’humour omniprésent illustre cette grande farce qui même si elle fait sourire, condamne allègrement le raisonnement délirant de la classe dominante.

Je ne saurais en dire davantage. Il vaut mieux le voir (si ce n’est déjà fait) pour en tirer toutes les leçons. Et éclater de rire.